Quelques conseils pour bien débuter avec sa GOPRO

Vous venez d’acquérir votre première GoPro, mais vous ne savez pas quand l’utiliser et quels accessoires choisir ? Dans cet article nous allons vous donner 10 conseils pour utiliser votre GoPro au mieux !

#1 Choisir la bonne résolution

720p120, 1080p240, 4K60… Les résolutions vidéo de la GoPro sont nombreuses. Vous devez donc vous poser les bonnes questions : est-ce que mon PC peut lire la 4K, Est-ce que j’aurai besoin de faire des ralentis en post-production, ai-je vraiment besoin de la 4K, ou la 1080p suffira ?

Il n’est pas toujours nécessaire de filmer avec une résolution élevée. La 1080p à 30fps ou 60fps est la résolution “passe-partout”.

Plage Haouria, Tunisie

#2 Utiliser la fixation adéquate

La fixation sera l’élément clé pour obtenir une bonne vidéo. En plongée, à vélo, en surf… la fixation utilisée ne sera pas la même. Assurez-vous que la fixation choisie ne vous gênera pas et ne vous encombrera pas dans la pratique de votre activité. Une fois la fixation choisie, vérifiez bien que votre GoPro est bien accrochée sur celle-ci et réglez l’angle de prise de vue à l’aide de l’écran de votre GoPro ou sur l’application GoPro.

#3 Trouver un endroit original pour fixer votre GoPro

Les endroits évidents pour fixer votre GoPro ne sont pas toujours les meilleurs. En effet, essayez de trouver des angles différents qui donneront une perspective unique à vos vidéos. Par exemple, si vous faites du ski, essayez de fixer la GoPro au bout de votre ski plutôt que sur la tête ou sur un harnais.

Il existe des centaines de supports pour fixer votre GoPro presque partout, alors profitez-en pour donner une autre dimension à vos films !

Cap Farina Bizerte, Tunisie

#4 N’oubliez pas le cadrage

Quoi de pire qu’une vidéo non cadrée ? Il est primordial de régler votre GoPro pour ne pas que vous vous retrouviez avec des prises de vues ratées. En effet, nous vous conseillons de tester votre GoPro avant la pratique de votre activité. Par exemple, pour du VTT, si vous avez choisi le harnais de poitrine, montez sur votre vélo, prenez votre position habituelle et voyez si votre cadrage est bon.

#5 Vérifiez l’installation

Avec les vibrations et les chocs, votre GoPro peut bouger et dérégler votre angle de vue. Lorsque vous pratiquez votre activité, essayez de vérifier si votre installation n’a pas bougé par moment.

Vérifiez également si la caméra continue d’enregistrer et si labatterie restante est suffisante.

Haouria, Tunisie

#6 Profitez au maximum de l’éclairage

Pour capturer des images de qualité, vous aurez besoin d’un bon éclairage. Pour cela, nous vous conseillons d’exploiter au maximum la lumière du soleil. Il est préférable de laisser le soleil dos à la caméra et ne jamais le filmer directement (sauf pour des couchers ou levers de soleil).

Avec les modèles de GoPro récents, vous pourrez régler les paramètres (ISO, balance des blancs…) en fonction de la luminosité.

Port aux princes, Tunisie

#7 Stabilisez votre GoPro

Avec une GoPro HERO4, 5 ou 6,  il est très difficile d’obtenir une image qui ne tremble pas. En effet, ces caméras sont souvent utilisées pour des activités qui engendrent beaucoup de mouvements et donc beaucoup de vibrations.

La meilleure solution pour palier ce problème de stabilité est d’opter pour un stabilisateurGoPro. Un stabilisateur permettra de couvrir tous les mouvements de la main, les vibrations et gestes brusques involontaires.

Avec la GoPro HERO7 Black, la stabilisation HyperSmooth est bluffante et remplace dans 95 % des cas l’utilisation d’un stabilisateur. Cette stabilisation ne permettra pas de stabiliser les mouvements les plus amples et brusques.

Tastour, Tunisie

#8 Emportez votre GoPro partout avec vous…

Une grande partie des possesseurs de GoPro ont le défaut d’utiliser leur GoPro seulementpour leurs sorties en sports extrêmes ou pour des occasions vraiment particulières. Or, les GoPro sont des caméras extrêmement polyvalentes et très compactes ! Elles peuvent donc être transportées de partout en prenant un minimum de place.

De plus, aujourd’hui, les GoPro offrent la possibilité de modifier de nombreux réglages en photo et en vidéos et se rapproche donc d’un appareil photo ordinaire. Alors prenez votre perche à selfie et emmenez votre GoPro de partout avec vous !

Béjaia, Algérie

#9 …mais utilisez-la juste quand il le faut !

Filmer et laisser sa caméra allumée utilise beaucoup de batterie. Afin d’éviter d’avoir des heures et des heures de rush et de vider trop rapidement votre batterie, nous vous conseillons de démarrer votre GoPro seulement lorsque vous en avez besoin. Par exemple, quelques secondes avant un grand saut à ski, en se mettant à l’eau pour une plongée… De plus, pour vous faciliter la tâche vous pouvez également activer le mode Quick Capture qui vous permet d’allumer votre GoPro et de commencer à filmer en appuyant seulement une seule fois sur le bouton de déclenchement. Pour couper l’enregistrement et éteindre votre caméra, le geste est le même !

Chefchaoun, Maroc

#10 Soyez créatif !

Les fixations et les fonctionnalités de votre GoPro sont nombreuses, alors repoussezles limites et capturez des images qui sortent de l’ordinaire ! Timelapse, nightlapse, ralenti, selfie, apprenez de nouvelles techniques de capture inédites et soyez original !

Bizerte, Tunisie

Le mot de la fin

Vous êtes maintenant prêt à capturer le Monde avec votre GoPro. Les photos et les vidéos vont immortaliser chaque moment de votre vie. On attend vos photos sur Instagram en les partageant avec #lacameraembarquee. On partagera les meilleures 😉

Les 5 meilleurs accessoires GOPRO pour le Snorkeling

Au niveau de cet article, on cous propose de découvrir quels sont les meilleurs accessoires GoPro pour le snorkeling.

1.Flotteur

Lorsque l’on fait du plongée, il est possible que votre GoPro vous échappe des mains et tombe au fond de la mer à une profondeur où vous ne pourrez pas la récupérer, ou tout simplement dans les algues, où il sera également quasiment impossible de la trouver.

C’est pour cela qu’il est indispensable de faire flotter votre GoPro à l’aide d’un flotteur. Il viendra soit se coller directement derrière la porte arrière du frame ou du caisson étanche, ou à l’aide d’un poignée ou même avec un bouchon adaptateur.

Boîtier de couverture pour GoPro
Bouchon de bouteille d’eau flotteur pour GoPro
Poignée flotteur pour Gopro
Mousse dragonne pour Gopro

2.Poignée ou perche

Une poignée flottante pour GoPro en snorkeling pourra vous être très utile. En effet, elle vous permettra de tenir fermement votre caméra pour réaliser de jolis plans sous l’eau. De plus, elle pourra faire flotter votre GoPro et ainsi éviter de la perdre sous l’eau.

Une perche télescopique pourra également vous être utile afin de vous approcher le plus près possible des poissons et autres espèces sous-marines.


Poignée pour GoPro

Perche pour GoPro

3.Masque et tubas

Lorsque l’on fait du snorkeling, il est appréciable d’avoir les mains libres, surtout quand on ne dispose pas de palmes afin de rester stable dans l’eau.

Pour cela, il existe des masques équipés d’une fixation GoPro, ou encore des tubas afin d’avoir un champ de vision plus bas.

Masque pour GoPro
Tuba pour GoPro

4.Dôme

Afin de réaliser des photos originales, un dôme peut être l’accessoire idéal pour vos sorties snorkeling. En effet, cette demie bulle vous permettra de faire des prises de vues moitié aériennes, moitié sous-marines.

Dôme pour GoPro

5.Filtre

Un filtre de snorkeling vous offrira la possibilité de rendre les couleurs plus naturellesdans la mer. En effet, les couleurs se dégradent sous l’eau, et votre vidéo risque de ne pas être très agréable à regarder. Ainsi, avec un filtre, vous pourrez palier ce problème.

Filtre pour GoPro

Mes photos sont floues, que ce que je peux faire ?

Causes et parades du flou en photo

Alors là, c’est le grand problème qu’on rencontre tous en commençant la photo 🙂
D’autant plus qu’une photo qui n’est pas nette, quoique vous y fassiez, c’est une photo ratée.
A moins d’avoir voulu ce flou, évidemment, mais ce n’est en général pas le cas au début. Et n’essayez pas de faire semblant que vous avez voulu le flou si ce n’était pas le cas, ça se voit !

J’ai une mauvaise nouvelle : il y a plusieurs causes au flou, qu’il est facile de comprendre, mais qui nécessitent quelques connaissances théoriques basiques pour trouver la parade. Mais on va y aller en douceur, rassurez-vous, ça va bien se passer 😉

Une mauvaise mise au point

C’est tout bête, si vous n’avez pas mis au point l’image au bon endroit, elle a toutes les chances d’être floue. En mise au point manuelle, il s’agit simplement que vous voyiez un peu mal dans le viseur si c’est bien net, et paf, vous êtes dedans. Mais je suis sûr que vous utilisez la plupart du temps l’autofocus (mise au point automatique).

Pour faire la mise au point automatique, votre appareil utilise ce qu’on appelle des collimateurs de mise au point. Ce sont les petits points noirs que vous voyez dans le viseur. Quand la mise au point est faite, le(s) collimateur(s) qui ont effectué la mise au point clignotent, et un petit bip est émis (sauf si vous avez eu la bonne idée de le désactiver :D).

Voici à peu près à quoi ressemble votre viseur, chaque point étant un collimateur (ici 9 collimateurs).

La mise au point ne s’effectue pas forcément sur tous les collimateurs. En effet, tous les objets que vous regardez à travers le viseur ne sont pas à la même distance, et l’appareil ne peut donc pas faire la mise au point sur tous ces objets en même temps. Imaginez un peu que vous essayiez de voir à la fois un crayon placé juste devant vos yeux et votre porte d’entrée située à 5 mètres de distance : vous n’y arriveriez pas !

Par défaut, votre appareil utilise tous les collimateurs à sa disposition, et décide le(s)quel(s) il va utiliser, tout seul comme un grand. Parfois il a raison, parfois non.
S’il ne « veut » pas faire la mise au point où vous le souhaitez, vous pouvez sélectionner manuellement un collimateur pour forcer l’appareil à faire la mise au point avec celui-ci et pas un autre. Je vous renvoie au manuel de votre appareil pour trouver le bouton associé, mais il est en général facilement accessible.
Il reste une dernière possibilité : votre sujet ou vous-même avez bougé entre le moment où vous avez fait la mise au point et le moment où vous avez déclenché.
Donc veillez à ne pas laisser trop de temps entre les deux. Pour aller plus loin, je vous conseille fortement mon article sur les secrets de l’autofocus !

Vous avez bougé

Si, je vous ai vu ! 😀 Et oui, si vous bougez trop pendant que l’appareil prend la photo, il se pourrait qu’il n’ait pas le temps de figer l’image.
Et oui, votre appareil ne prend pas la photo instantanément, il met un certain temps à le faire. Ça peut-être très court (jusqu’à 1/8000ème de seconde !), mais aussi plus long, selon vos réglages et les conditions de luminosité. Ceci s’appelle la vitesse d’obturation : je ne rentrerai pas plus dans les détails car j’ai déjà rédigé un article sur la vitesse d’obturation sur le blog, que je vous encourage très vivement à consulter ! 😉
Outre le contrôle de cette vitesse d’obturation que je vous laissedécouvrir, vous pouvez essayer de moins bouger :

– Utilisez un trépied, c’est radical ! Pour aller plus loin, vous pouvez utiliser une télécommande et l’option verrouillage du miroir de votre boîtier.
– Calez vous contre un support (un mur, un arbre, …) afin d’être plus stable.
– Tenez vous fermement sur vos deux jambes, bien en équilibre.
– Reposez vos bras contre votre poitrine.
– Tenez fermement et correctement votre appareil, la main droite sur la poignée et la main gauche sous l’objectif.
– Retenez votre respiration au moment où vous déclenchez.
Si vous préférez voir ça plus concrètement, regardez ma vidéo sur le sujet : c’est très court, et en plus c’est drôle. (en tout cas, j’ai essayé 😉 )

Voilà comment on tient un appareil, et pas autrement !

Votre sujet a bougé

Et oui, vous pouvez très bien être très stable, mais photographier un sujet qui bouge. Et si vous ne pouvez pas lui demander de s’arrêter un peu de gigoter (si c’est un condor par exemple), il va falloir augmenter votre vitesse d’obturation. Et si vous ne savez toujours pas ce que c’est, c’est que vous n’avez toujours pas lu l’article que je vous recommande plus haut ! 😉

Un exemple typique de flou créé par le sujet : ici, les coureurs bougent trop vite et sont flous (l’effet était volontaire en l’occurrence). Dark Vador, lui, ne court pas (ce fainéant) : il est donc bien net. (Photo prise à une vitesse de 1/60s)

Le flou de profondeur de champ, ou « Flou artistique »

En général, celui-là on le recherche plutôt qu’on ne l’évite, mais il convient d’en parler un peu pour ceux qui ne le connaissent pas.
Pour faire simple, selon la distance à laquelle les différents éléments de l’image se trouvent, ils ne seront pas tous nets, en particulier dans certaines conditions. Bref, seule une certaine zone de l’image est nette. On appelle la profondeur de cette zone la profondeur de champ. Tout objet situé hors de cette zone de netteté sera flou (ça paraît logique).
La profondeur de champ est une notion relativement simple à comprendre, mais qui nécessite un peu de temps et surtout de pratique pour la maîtriser. Pour ce qui est de la comprendre, je vous renvoie à deux articles que j’ai écris sur le sujet, à lire dans l’ordre de préférence : celui sur l’ouverture, et celui sur la profondeur de champ et le flou d’arrière-plan (ou bokeh).
Je vous laisse comprendre, apprendre et pratiquer cette notion très importante si vous voulez vous faire plaisir en photographie et être créatifs !

En résumé

Vos photos peuvent être floues pour plusieurs raisons :

  • La mise au point est foireuse, et si c’est la faute de votre appareil, reprenez la main !
  • Vous bougez trop : stabilisezvous !
  • Votre sujet bouge trop : apprenez à maîtriser la vitesse d’obturation pour figer le mouvement !
  • Des éléments sont hors de la zone de netteté : apprenez à maîtriser la profondeur de champ pour mettre cet effet à votre profit !

Réussir une séance photo de portrait

Dans ce post, je vais vous montrer mes conseils pour réussir une séance photo de portrait, mais avant tout il va de soi que l’on doit maîtriser la technique photo pour atteindre son but. En effet puisque dans chacune d’elles, on parle de la focale, de la vitesse, du diaphragme, du mode de prise de vue, de la maîtrise de la lumière, de l’autofocus et tout cela pas à pas et dans le détail s’il vous plait. Aujourd’hui, on va parler du comportement à adopter lors d’une séance photo et ce sera surtout vrai si on ne connait pas notre modèle. Continuer la lecture de « Réussir une séance photo de portrait »

Conseils pour rassurer les débutants en photo

Quand on débute en photo, on ne sait pas où donner de la tête, on est plein de questions sans réponse, on a des envies de photos plein la tête et surtout, une fois sur le terrain, c’est un champ de désillusions et de frustration … Le premier point qui pour moi est essentiel, quand on débute en photo c’est de ne pas se précipiter dans l’achat d’un appareil photo. Prenez le temps, testez votre regard avec votre Smartphone ou l’appareil photo compact que vous avez déjà. Et je vais lister ici quelques conseils pour rassurer les débutants en photo. En effet, vous pouvez déjà faire travailler votre œil, titiller votre sens artistique, utiliser les règles de cadrage sans vous soucier de la technique. Profitez de cette liberté avant de vous jeter dans le grand bain. Continuer la lecture de « Conseils pour rassurer les débutants en photo »