Gestion financière


gestion financiereL’application est composée de sept modules, qui sont : la comptabilité générale, la comptabilité des tiers, la gestion de la trésorerie, la gestion budgétaire, la comptabilité analytique, la comptabilité des immobilisations et la centralisation comptable.

1. Comptabilité générale

Le module de comptabilité générale est conçu selon le formalisme du système comptable des entreprises. Il permet de déterminer le résultat comptable et fiscal, par l’arrête des états financiers (bilan, compte de résultat, flux de trésorerie, schéma des soldes intermédiaires …). Il repose sur les écritures comptables, qui aboutissent au tirage des journaux (journaux auxiliaires, journal général, journal centralisateur, journal de la TVA …), au tirage du grand livre (auxiliaire, partiel, général …), au tirage des balances auxiliaires et générales (mensuelles, périodiques et annuelles), ainsi qu’au tirage des états de résultats (bilan, compte de résultat, flux de trésorerie …). Ce module comporte aussi le lettrage des comptes, ainsi que les rapprochements bancaires.

2. Comptabilité des tiers

Le module de comptabilité des tiers regroupe les fournisseurs, les clients, le personnel et les comptes des débiteurs et créditeurs divers. La tenue des comptes tiers ou auxiliaires est liée à la comptabilité générale. La base de données est alimentée par l’interfaçage avec les autres applications (Approvisionnements, Ventes, GRH, Contentieux, Immobilisations, Maintenance …). Il dispose d’une fonction de reprise des arriérés ou de saisie en extra des factures, notes de frais et des crédits au personnel, avec ou sans intégration avec la trésorerie et la comptabilité générale. Ce module sert d’outil fournissant l’information de base au module de la trésorerie au moment de l’encaissement ou du décaissement. Il garde toutefois son autonomie extra comptable pour retracer l’historique justifiant le détail des pièces constituant le solde tiers. Il permet la prise en charge des types de la retenue à la source, la saisie des arriérés, la fourniture de différents types d’extraits de comptes auxiliaires pour le recouvrement, des balances par antériorité des soldes (3 mois, 6 mois, 12 mois, pluriannuelle).

3. Gestion de la trésorerie

La gestion de la trésorerie est devenue la fonction vitale de toutes les entreprises dans la mesure où elle permet d’analyser la santé financière de l’entreprise. Il repose sur un ensemble de fonctions tels que : la saisie des règlements (encaissements et décaissements), la consultation des situations bancaires par date d’opérations et par dates de valeurs, la simulation globale de la trésorerie, le calcul des intérêts et agios bancaires, la gestion des valeurs mobilières et des placements, la gestion des crédits bancaires, le suivi du portefeuille des chèques et traites disponibles, le suivi de l’échéancier des chèques et traites en circulation ainsi que les impayés, le rapprochement bancaire entre les prévisions et les mouvements …

4. Gestion budgétaire

Le module de gestion budgétaire décrit les règles qui s’appliquent au moment de la préparation des propositions du budget et le suivi des rubriques budgétaires qui se rapportent au budget de fonctionnement ou d’investissement. Il consiste aussi à faire l’actualisation du budget en fonction d’impératifs exigés par les besoins de gestion de l’entreprise. Il détermine les écarts par rapport aux engagements effectués par l’entreprise durant l’exercice budgétaire matérialisé par la signature de marchés, l’élaboration des bons de commandes, l’exécution des marchés cadres, les charges salariales et l’engagement par abonnement … Il permet aussi le suivi des réalisations des engagements et l’exécution des paiements, afin de permettre la détermination des écarts entre ce qui a été budgétisé et engagé, ce qui a été engagé et ce qui est réalisé et enfin ce qui a été réalisé et qui est payé.

5. Comptabilité analytique

Le module de la comptabilité analytique se base en grande partie sur la comptabilité générale à l’exception de quelques opérations qui sont imputées directement sur les centres de coûts correspondants. Ce module se base sur les comptes de gestion afin d’effectuer quelques retraitements permettant de dégager la rentabilité des différents centres de profit de l’entreprise ou plus généralement des axes d’analyse (circuit d’achat, circuit de production, circuit de commercialisation, circuit d’études et de développement, circuit de transport et d’aménagement …). Plusieurs méthodes des coûts peuvent être utilisées, il suffit d’opter pour une démarche qui convient à l’entreprise pour pouvoir les paramétrer et la renseigner au logiciel afin qu’elle puisse être appliquée (coût variable, coût complet, méthode ABC «Activity Based Costing»).

6. Comptabilité des immobilisations

Comme son nom l’indique, la comptabilité des immobilisations gère le flux des écritures financières relatives à l’achat, la cession, la mise en hors service et le calcul des différentes formes d’amortissements (linéaire, dégressif, accéléré, réévalué …).

7. Centralisation comptable

La centralisation a pour but de regrouper un ensemble d’établissements de même identité juridique aux fins d’élaboration de tous les documents régis par la réglementation en vigueur à l’instar de la déclaration CNSS, la déclaration employeur, le bilan, l’état de résultat, le flux de trésorerie … La technique de centralisation est soumise à l’unification des comptes comptables généraux par l’adoption d’un plan comptable type tout en précisant que chaque établissement garde la possibilité de gérer son catalogue de comptes de tiers selon les spécifications qui lui sont propres.

 

Demander un devis